Quand les couples se brisent - Evénement Mons 2015 ! 

Quand les couples se brisent

SAMEDI 2 MAI 2015 de 14h à 16h
Magic Mirror – Parc du Château du Joncquoy – Rue Bonaert – Ghlin

En parallèle à l’exposition Le musée des coeurs brisés

Préparatoire aux 45e Journées de l’ECF – Faire couple – Liaisons inconscientes qui auront lieu les 14 et 15 novembre 2015 au Palais des Congrès à Paris

Avec la participation de Patricia BOSQUIN-CAROZ, Béatrice BRAULT, Yohan DE SCHRYVER, Christophe DUBOIS, Philippe HELLEBOIS, Catherine HEULE, Jean-François LEBRUN, Claire PIETTE

Organisée par l’ACF-Belgique en partenariat avec Mons 2015

Dans le labyrinthe amoureux, chacun, comme il peut, s’il le peut, s’aventure, s’égare, se masque, se dérobe aux regards. Tapi toujours plus profondément dans la croyance d’un rapport sexuel, à l’encontre de tous les témoignages des sens, écrivit Freud, l’amoureux prétend que Moi et Toi sont un. Seulement voilà : si faire « Un » s’érige comme la pleine promesse de l’amour, ce n’est là, rappela-t-il, que le comble de son état. « Mon cœur est fait comme celui de tout le monde. De quoi le vôtre s’avise-t-il de n’être fait comme celui de personne? » demanda malicieusement Marivaux. C’est qu’un cœur, revenu de ses passions imaginaires, peut se briser, se ravir à lui-même, s’arracher de son être. Du couple qui se défait ne subsiste alors peut-être, du moins pour un temps, que la sombre et singulière douleur d’exister de chacun des partenaires.

« Que reste-t-il de nos amours ? » semble-t-il légitime de demander, comme d’ailleurs on l’a chanté.
Bien sûr, faut-il le rappeler, l’amour est historiquement daté. Alors que la sexualité s’exhibe, immobile et compacte, l’amour, lui, essence délicate, emportée par la voilure des discours, se laisse conter des arabesques des ans. Éros avance drapé du déguisement de notre temps. Pour le dire tout simplement, on n’aime pas aujourd’hui comme on aimait hier. Rimbaud l’a crié : « l’amour est à réinventer ».

Que précipite donc alors la chute de nos amours contemporaines ? Que laisse poindre la dissipation du tumulte ? Le Musée des cœurs brisés que va temporairement abriter l’actuelle Capitale européenne de la culture, lui, a statué, laissant en tout cas à penser que le reste a traits d’objet. A l’exacte réplique du mouvement qui s’empara, depuis 2006, de plus d’une dizaine de pays dans le monde, tout Montois, pour l’occasion, fut en effet invité à se défaire d’un objet témoignant des affres de son cœur. Un musée aux allures de reliquaire donc, qui, en somme, découvre une particulière métonymie des couples de toutes espèces et de leurs caducs partenaires. Horreur ! Se peut-il que ces derniers furent des objets eux-mêmes, ceux après lesquels ils ont pourtant couru, objets tant chus des mirages qu’objets toujours perdus ? Certes, mais des objets qui appelaient sans doute à moins de solitude et qui offraient un bord à la jouissance au-delà de l’illusion de leur complétude. Une exposition d’objets dépareillés, à l’image des solutions d’épars cœurs à corps, ceux du commerce avec l’Autre et les « Uns tout seuls ».

N’apparaît-il pas naturel au fond que la psychanalyse à son tour, pour un instant, fasse couple avec pareil événement ?

Yohan De Schryver

 

Vers les sites :  ECF et Mons 2015 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Latina Trusty (samedi, 04 février 2017 04:27)


    Wow! This blog looks just like my old one! It's on a completely different topic but it has pretty much the same page layout and design. Great choice of colors!